Extraneus

Je suis l’étranger…

Presque pieds nus, je déambule,
Tendant mes mains, en préambule
Puis entre vous, le funambule ;
Cuit et lointain, enviant vos bulles.

À tout âge, les nôtres voyagent,
Entre naufrages, même à la nage.
Dur présage que d’échouer en cage.
Nul Sage ne montre deux visages.

Je fuis l’étranger…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *